Des couleurs pour la danse

Sur un texte d’Agota

Elles dansent les filles.

Dans leurs jupes, entre elles, elles dansent.

Puis, au bord d’une cuisine, elles disent en souriant

qu’elles en bavent, que c’est dur. Encore.

Puis elles repartent, dans la rue,

au loin on les repère : elles marchent vite,

elles ont l’air si fortes.

Elle m’a dit qu’elle sent qu’elle aura sa maison,
mais qu’à côté de ça, tout s’en va.

Elle s’est inscrite à un cours de salsa,
parce qu’elle se souvient qu’avant
elle aimait ça.
Aujourd’hui elle ne sait plus trop.

Elle attend qu’on soit seules,
qu’il sorte de la pièce
– et c’est drôle parce que lui a attendu d’être sorti
pour lui parler,
comme à la recherche d’un moment privilégié
– elle m’explique des choses qui comptent pour elle,
et qui se sont évaporées, noyées dans le temps.

Qu’il manque des gens au rendez-vous.

Elle est si belle. Elle a perdu quelques couleurs.
Elle est rouge, noire.
De colère, de volonté d’avancer.

Elle danse dans la rue,
tourne au carrefour après avoir vidé sa tasse.

Elle emporte avec elle les larmes qu’elle a ravalées,
elle se dit que la vie devra redevenir belle.

…s’en suit la création d’un layout

Le layout du texte Des Couleurs Pour La Danse Layout
Catégories print

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.